samedi 16 mai 2015

Il faudrait pour grandir oublier la frontière (2015)

Le premier livre des éditions Scylla est aussi, pour moi, le résultat de mon tout premier financement participatif. J'ai en effet participé à la levée de fonds organisée cet hiver, qui a réussi avec succès et qui m'a permis de trouver ce joli livre, ainsi qu'un autre plus épais, dans ma boîte aux lettres le 2 mai dernier.


Si Il faudrait pour grandir oublier la frontière est tombé à pic pour me remettre à la lecture dans une période de surmenage et de fonte des neurones, il ne m'a pas énormément marquée. Le fait que je ne sois pas du tout au courant de l'actualité internationale des six dernières années y est sûrement pour quelque chose. Sébastien Juillard nous emmène en effet dans la bande de Gaza dans un futur relativement proche (2040 ou 2050 je suppose), où Tsahal, Hamas et ONU essayent de maintenir la paix mais sans y arriver ou en ayant, quand même, quelques objectifs plus douteux qu'on pressent au détour des pages.

Dans ce contexte explosif (littéralement), on suit les brides de vie de quelques personnes, notamment une soldatesse israélienne qui enseigne dans une école de Gaza. J'ai bien aimé que ce qui ressemble le plus à un personnage principal dans une zone en guerre soit une femme. Mais d'autres personnages masculins sont là aussi pour mettre encore plus de gris dans un enchevêtrement de rapports de force et de haine très confus. Au final, il ne semble y avoir ni bons ni méchants dans cette histoire, juste une sensation de gâchis vraiment terrible.

Au final, un bon livre que je suis très contente d'avoir découvert, mais qui me marquera plus en tant que première expérience de financement participatif qu'en tant que lecture. Je précise au passage que l'édition est très qualitative, avec un papier épais merveilleux, une relire à rabat géniale et un marque-page spécifique. Que du bonheur!

Ce livre m'a donné envie de reprendre une série que l'Homme et moi avions commencée l'année dernière, The Honorable Woman. Et rendons hommage à son titre, qui est vraiment superbe.

Allez donc voir ailleurs si cette frontière y est!

4 commentaires:

  1. Bien aimé pour ma part, et je l'ai même prêté à ma maman (qui trouvait ça pas assez SF au début xD)

    RépondreSupprimer
  2. Une novella très subtile, qui est sans doute encore meilleure quand on est "familier" du conflit. Du coup, j'ai révisé ma géopolitique du proche-orient.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heuh moi aussi, mais un peu à l'arrache :p

      Supprimer

Exprime-toi, petit lecteur !