samedi 14 juillet 2018

The Woman in Black (1983)

Il y a quelques années, je ne suis pas allée voir l'adaptation cinématographique de La Dame en noir de Susan Hill, avec Daniel Radcliffe dans le premier rôle, de peur de ne pas dormir pendant quelques jours. Par contre, j'ai gardé son existence dans un coin de ma tête, et c'est avec plaisir que j'ai acheté le roman quand je l'ai trouvé d'occasion.


Si cette lecture n'était pas particulièrement marquante, elle a l'avantage de réunir tous les éléments de la bonne vieille histoire de fantômes: un jeune protagoniste plein de bonne volonté, un village reculé, une demeure inhabitée et isolée, des locaux singulièrement déterminés à ne pas en approcher, une apparition, une porte sans serrure au bout d'un couloir, un brouillard à couper au couteau, des bruits provenant de pièces vides ou de routes désertes, et même un chien qui hurle à la mort.

Héhé.

Le jeune protagoniste plein de bonne volonté, c'est Arthur Kipps, un jeune notaire qui part trier les papiers d'une cliente après son décès. C'est lui qui va voir la dame en noir à l'enterrement et passer des nuits peu reposantes dans la maison de feu sa cliente. Je dois dire que j'ai moi aussi regardé mon couloir d'un œil soupçonneux pendant ma lecture, mais je pense que c'est dû au fait que je suis une grande trouillarde, pas forcément à la qualité du roman, qui reste un peu léger ou veut caser trop d'éléments dans un format assez court (moins de 200 pages dans cette édition Vintage, une sous-maison/collection/structure de Penguin). En outre, le ton n'est pas suffisamment prenant; Susan Hill a clairement voulu reprendre le style XIXe ou lui rendre hommage mais n'a pas réussi à en réactiver l'élégance ou le pouvoir évocateur.

Je dirais donc que c'est une lecture agréable sur le coup si vous aimez les histoires de maisons hantées ou si vous découvrez le genre (si j'avais lu ça à quinze ans... ^^), mais rien de bien mémorable dans l'absolu. Je relirai Susan Hill si un autre de ses livres croise mon chemin en seconde main, mais je n'irai pas forcer le destin en achetant du neuf.

Concernant le film: la bande-annonce me laisse croire que le film a ajouté pas mal d'éléments qui n'existent pas dans le livre (dans lequel il ne se passe pas grand-chose au final) et s'inscrit dans la mouvance des films d'horreur post The Ring. Je vais continuer à ne pas le regarder de peur de ne plus dormir. 😂

dimanche 8 juillet 2018

Vacances!

À l'heure où ce message sera publié, je serai partie depuis la veille! Le rythme de publication va clairement ralentir cet été, étant donné que j'ai très peu lu ces dernières semaines, que je n'ai qu'un seul billet d'avance et que je n'aurai pas Internet pour publier de nouveaux avis. J'espère reprendre le blogging régulièrement à partir de la mi-août. (Pas que je parte un mois en vacances, hein, mais ça va un peu s'enchaîner d'ici là!)

Bel été à vous, chers lecteurs, et surtout belles lectures! 💖


mercredi 4 juillet 2018

La gamelle de juin 2018

Le mot d'ordre de ce mois de juin: regarder des films demandant peu d'attention pour avancer le déguisement qui m'occupait déjà en mai. Plongez avec moi dans le monde du cinéma d'action en costume. 😉

Sur petit écran

Last Knights de Kazuaki Kiriya (2015)


Un film inspiré des 47 ronin. Leur maître ayant été tué par un ministre corrompu, une bande de guerriers qui a tout perdu décide de se venger. Même si on est clairement dans la série B, voire C, j'ai bien aimé l'ambiance de ce film, ce royaume imprécisé qui réunit les peuples du monde entier (asiatiques, noirs et blancs cohabitent sans que ça n'étonne personne) dans un décor moyen-âgeux (le bon vieux château-fort normand) ou fortement byzantin (le palais doré de l'empereur). Bon, ce n'est pas le meilleur film de Morgan Freeman et Clive Owen, mais j'ai passé un moment sympathique.
Déçue, par contre, de voir qu'on peut imaginer la paix entre les hommes de couleurs de peau différente mais qu'on n'imagine pas une seconde un personnage féminin indépendant/intéressant: les femmes sont soit une épouse, soit une fille, soit une prostituée, ne servent à rien et n'ont, je crois, même pas de prénom... 😱

Bandslam de Todd Graff (2009)
J'adore ce film musical pour ados et la manière dont il souligne combien la musique est importante à un certain âge. C'est cousu de fil blanc, ok, mais je m'y retrouve énormément, j'adore la musique et je rigole beaucoup. "Dear David Bowie..."

Jurassic World de Colin Trevorrow (2015)
Petite révision avant d'aller voir le 2 au cinéma. Très amusant comme toujours. "Bigger, scarier, more teeth". 😉

Le Roi-scorpion de Chuck Russell (2002)
Hihihi. Très sympa, ce Conan moyen-oriental. The Rock peut vraiment tout faire! 😄 À noter: la fille a une espèce de bikini cotte de maille... 😂

Le Retour de la momie de Stephen Sommers (2001)
Divertissement familial sympathique qui vieillit plutôt bien. Mais je préfère le Roi-scorpion.

Sur grand écran

Jurassic World. Fallen Kingdom de J. A. Bayona (2018)


Que du plaisir pour la suite du reboot de Jurassic Park. Plein de dinosaures, des personnages féminins nettement plus intéressants que dans le premier, un vrai propos (pour ce type de film à très grand budget) sur l'exploitation des animaux et les risques de la génétique, des évènements plus sombres que précédemment... Mon seul regret: l'image de synthèse ne véhicule ni la même émotion ni le même réalisme que les animatronics du film d'origine et ça me manque.

The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society de Mike Newell (2018)
Une bien jolie adaptation d'un livre que j'avais beaucoup aimé (mon avis ici). L'intrigue amoureuse est un tantinet niaise, mais l'histoire est touchante et aborde plusieurs sujets graves avec beaucoup de sensibilité.

Ocean's 8 de Gary Ross (2018)
Je n'apprécie pas le moins du monde les films sur les criminels de quelque type que ce soit, mais celui-ci remplit le cahier des charges et se révèle un divertissement sympathique, sans temps morts et assez amusant.

Du côté des séries

Rien. 😂

Et le reste

J'ai terminé l'ABCdaire du cheval de Flammarion, que je lisais aux toilettes depuis des mois. Une lecture grand public très utile pour découvrir le monde du cheval ou redécouvrir certaines choses quand on connait un peu le domaine.

J'ai lu un ancien numéro du Magazine Littéraire consacré à Tolkien, sorti à l'occasion de la sortie du Hobbit au cinéma et gentiment prêté par Vert. Très intéressant également, même si je trouve que les universitaires vont parfois loin dans l'interprétation. Je considère Tolkien comme légitime sans forcément trouver de sous-texte de fou à ses récits.

En fin de mois, bien sûr, j'ai lu mon fidèle Cheval Mag.


Les pronostics de juillet: lire des pavés pour le challenge de Brize
et surtout me reposer pendant les vacances! 😊