vendredi 5 octobre 2018

La gamelle de septembre 2018

Bien bien... Après un mois d'août bien rempli, la rentrée a marqué la reprise d'une vie culturelle toute relative... 😛

Sur petit écran

Rien, rien, rien.

Sur grand écran

The Meg [En eaux troubles] de Jon Turtletaub (2018)


Bon. La partie avec les humains tenait plutôt bien la route mais on ne voit presque pas le requin et quand on le voit c'est moche. 😔 Ce n'était même pas drôle. Soulignons tout de même que 1/ si ça peut faire comprendre au public asiatique (qui est clairement la cible de ce film) que tuer des requins pour manger de la soupe d'ailerons est con et barbare, ce sera une bonne chose, 2/ l'amour nait entre une Chinoise et un Américain, c'est tellement rafraîchissant par rapport aux couples blanc-blanc, noir-noir et asiatique-asiatique, et 3/ la gamine chinoise est TROP mignonne. 😍

Kin de Jonathan et Josh Baker (2018)


L'affiche promettait un film pour ados avec un élu et des néons. En fait, c'est une espèce de road trip. Le personnage principal est mal dans sa peau et ramasse des matières premières dans les bâtiments abandonnés de Chicago pour les revendre. Son grand frère, de retour de prison, a de sérieux ennuis d'argent. Leur mère est morte avant le début du film et le père se fait tuer par un truand devant le frère aîné et à cause du frère aîné. Du coup, le frère aîné prend la fuite avec notre héros, sans lui dire que leur père est mort. (Sympa.) Le fusil ultra-puissant visible sur l'affiche n'entre en action que dans la deuxième partie du film et ne forme aucunement le moteur de l'intrigue. Il faudra attendre une suite pour vraiment savoir de quoi il en retourne. Je suis très intriguée du coup.

Silence of the Lambs [Le Silence des Agneaux] de Jonathan Demme (1991)


Très contente d'avoir enfin vu "pour de vrai" ce célèbre film (je l'avais vu, certes, mais pas en entier et en papotant, donc l'expérience n'était pas optimale). J'ai beaucoup apprécié. Le film est magistral en lui-même, de par sa mise en scène et son ambiance, et Joddie Foster et Anthony Hopkins sont juste dingues. J'ai aussi beaucoup aimé qu'on parle beaucoup, bien qu'indirectement, du fait que Clarisse est la seule femme dans un monde d'hommes: la manière dont elle est constamment draguée, la perversité libidineuse des prisonniers logeant à côté d'Hannibal Lecter, c'est exactement ce que les réseaux sociaux dénoncent actuellement. Et elle ne se laisse pas démonter, continue malgré le danger et le malaise, et démontre même, au passage et avec une très grande simplicité, que son chef a son rôle à jouer dans la manière dont les autres hommes la traitent.
Pour la petite histoire, j'ai découvert que la danse de Jay sur la chanson Goodbye Horses de Q Lazzarus dans Clerks II est un hommage/clin d’œil au tueur en série adepte de la couture de ce film – qui l'aurait cru.
Il va sans dire que quand je me suis réveillée la nuit après le film et que j'ai pensé au flic éventré sur la cage d'Hannibal, j'ai mis un certain temps à me rendormir. 😂

Equalizer 2 d'Antoine Fuqua (2017)


Un film d'action plus posé et réaliste que l'affiche ne le laissait penser. Malgré quelques maladresses, j'ai plutôt apprécié. La vengeance du personnage de Denzel Washington est doublée d'une réflexion sur ce qui fait un "vrai homme" ("Man ain't spelled g-u-n, son") et du "sauvetage" d'un jeune homme sur le point d'entrer dans un gang. Note pour moi-même: il y a Orson Bean, qui jouait Loren, le commerçant, dans Dr Quinn femme médecin. 😉

Et le reste



Ayant terminé une traduction sur les supernovae avec une bonne semaine d'avance, j'ai ressorti tous mes numéros de Science & Vie parlant d'astronomie pour relire les articles concernés (je dis bien "les articles" – n'allez pas croire que j'ai relu tous les magazines ci-dessus dans leur intégralité 😂) et voir si je ne trouvais pas des formulations ou des termes utiles dans ma traduction. C'était passionnant, et, avec le recul, mes quatre ans d'abonnement à Science & Vie ont bien joué leur rôle, celui de me fournir un minimum de culture scientifique de fond. Mais je comprends très bien que le magazine ait fini par me gaver: le style est vraiment trop enthousiaste, grandiloquent et sensationnel, avec en plus pas mal d'articles rédigés de manière bancale aux yeux d'une professionnelle de la langue. Dommage...



Des sourires et des chats de Séverine Pineaux et Claudine Glot (2014)
J'adore les chats enchantés de Séverine Pineaux et je me suis offert ce livre à moi-même avec les Chèque Lire que j'avais gagnés aux Rencontres de l'imaginaire de Sèvres de 2016. C'est absolument formidable de mignonnerie, je craque complètement. À lire si vous aimez les chats mignons et les jeux de mots félins genre chananas et Matroutetombe. 😍

Une bonne raison par jour d'aimer les chats de Brigitte Bulard Cordeau (2010)
J'ai relu ce petit bouquin reçu en cadeau il y a quelques années. C'est distrayant mais sans plus, et il y a quelques répétitions bizarres qui font qu'on se demande s'il a été relu. Une lecture idéale pour les toilettes, dirais-je.

Les grands espaces de Catherine Meurisse (2018)
J'ai beaucoup aimé cette bande dessinée sur une enfance à la campagne, qui m'a beaucoup chamboulée. Je recommande chaudement. En fait, j'ai trouvé ça tellement bien que je pense l'offrir à quatre ou cinq personnes.

Du côté des revues, j'ai lu mon Cheval Mag habituel, le passionnant numéro d'Historia consacré à l'immigration italienne en France et Translittérature, la merveilleuse revue de l'Association des traducteurs littéraires de France, dont je suis membre.

That's all, folks!
Rendez-vous début novembre pour la gamelle d'octobre...

11 commentaires:

  1. Trop bien que tu aies vu Le silence des agneaux, j'avais oublié le pendant féministe du film, il faudrait que je le revoie à la lumière de ce qu'on vit en ce moment.
    C'est marrant moi j'achète le Pour la science depuis peu :p C'est très pointu je comprends pas tout, surtout quand ça cause d'astrophysique mais j'aime beaucoup.
    Je note les grands espaces.
    En fait je me rends compte, en Belgique aussi il y a eu une vague d'immigration italienne. Est-ce pour les mêmes raisons ? En Belgique ils allaient travailler dans les mines après le Seconde Guerre Mondiale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis sure que ça t'intéressera. C'est d'une grande modernité et amené de manière très simple et claire.
      Ha génial le Pour la science ! Je note. Je pourrai peut-être essayer. J'avais envisagé de lire La Recherche mais je ne l'ai acheté que deux fois au final.
      C'est bien que tu notes les Grands espaces mais ce serait bien que tu ne la lises pas en fait.... ^^
      Oui oui, les Italiens sont beaucoup partis en Belgique aussi. Je pense que les raisons étaient les mêmes, économiques avant tout (on mourait de faim dans les campagnes italiennes) mais aussi politiques pendant les années 20 et 30, avec les gens qui fuyaient le fascisme. Je crois qu'ils ont été assez mal reçus en Belgique aussi d'ailleurs.

      Supprimer
  2. On devrait associer nos rubriques, moi j'ai rien sur grand écran et tout sur petit écran :D
    Le silence des agneaux faut que je le revois un jour. Je me rappelle l'avoir regardé avec une copine (entre une VHS de Roger Rabbit et une de Rasta Rocket je crois xD), ça m'avait bien mois angoissé que prévu. Par contre quel film magistralement orchestré dans mon souvenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mdr pour nos rubriques :p
      Haha excellent le visionnage du Silence des agneaux. C'est parce que tu as trop rigolé avant et après que ça ne t'a pas angoissée.

      Supprimer
  3. Je te laisse imaginer que Le silence des agneaux m'a laissé un souvenir impérissable.. . ^-^
    Passionnant le Historia, parfait, je comptais bien le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai sûrement trouvé passionnant parce que je suis directement concernée par le sujet, mais je pense que ça peut intéresser tout le monde! Mon seul petit regret est que ça manquait parfois de vision d'ensemble, il s'agit plus de destins individuels que d'une étude de la migration dans son ensemble; mais c'est ce que le titre annonçait après tout.

      Supprimer
  4. J'avoue avoir eu une petite goutte de sueur en arrivant sur la photo des "Science & Vie" : "non, elle n'a quand même pas lu tout ça ?" =O
    Je note "Les grands espaces", même si le synopsis ne me dit pas plus que ça. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha non non, il me faudrait trois mois à temps plein je crois XD

      Supprimer
  5. Mais du coup, tu gardes tous tes magazines ? Ça doit prendre une place folle, non ? (Et je ne me souviens absolument pas de l'aspect féministe du Silence des Agneaux, mais mon visionnage est ancien.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je garde tout, même les mauvais magazines. Tu sais j'ai un problème de matérialisme aigu, je ne jette quasiment rien. Et oui ça prend de la place, surtout Cheval Mag dont je dois avoir dix ans de numéros! Je les range sur deux rangées dans une bibliothèque Expedit d'Ikea...

      Supprimer
  6. Bonjour Alys, moi aussi, j'ai aimé Equalizer 2 et The Meg: films distrayants. Quant au Silence des agneaux, un film qui m'a marquée quand je l'ai vu en 1992 sur grand écran. Et cela reste toujours effrayant. Bonne fin d'après-midi.

    RépondreSupprimer

Exprime-toi, petit lecteur !