jeudi 14 septembre 2017

La Providence du reclus (2012)

La Providence du reclus est un recueil numérique de nouvelles de Timothey Rey paru chez Actu SF. Je l'ai lu sur mon ordinateur, ce qui n'est pas optimal, mais c'était très sympa!


La Providence du reclus (2009)
Un pastiche de Lovecraft assez brillant. Exception faite du style, qui ne reprend pas les archaïsmes et la déferlante d'adverbes de Lovecraft, ce texte pourrait vraiment être une nouvelle de Lovecraft: récit à la première personne, petite enquête sur une rumeur locale, cris nocturnes et révélation finale... C'est l'histoire d'un homme qui, de nos jours, retrace la visite de Lovecraft en personne à Annecy (oui!) pendant les années trente. Vraiment très savoureux.

Naseaux fumants (2012)
Ce deuxième texte se passe plus haut dans la montagne, dans des chalets éparpillés sous la neige. Un petit garçon qui rentre chez lui avec ses parents à la tombée de la nuit croit distinguer des formes sombres tapies derrière les arbres. Puis il entend gratter au mur pendant son sommeil...

Trente-six, dix-neuf (2012)
Cette nouvelle est nettement plus longue que les autres et a donc plus de temps pour poser son décor: un village dans la montagne, des habitants âgés qui parlent un peu le patois, des légendes un peu inquiétantes et un doctorant qui pose des questions sur ces légendes dans le cadre de sa recherche. Sauf qu'il croit entrevoir des choses bizarres chez une habitante puis dans une grotte et qu'il n'est plus très sûr de sa santé mentale, avant de foncer tout simplement en plein cauchemar (littéralement et métaphoriquement ^^).

Le plaisir de ces textes ne réside pas forcément dans leurs chutes, qu'on devine funestes, mais bien dans le cheminement des personnages confrontés à des choses inquiétantes. Pas assez pour empêcher de dormir, hein, mais bien assez pour ricaner devant son écran en se disant, que NON, jamais on ne serait assez bête pour aller visiter une grotte déserte ou un appartement abandonné, HAHAHA, que va-t-il arriver à ce pauvre narrateur inconscient?
 
Allez donc voir ailleurs si ce reclus y est!
L'avis de Vert

De Timothée Rey, j'ai déjà lu...
Les Souffles ne laissent pas de traces

4 commentaires:

  1. Je suis contente que ce petit recueil t'aie plu. Et effectivement c'est de l'horreur "prévisible", mais ça reste délicieux (c'est un peu comme quand les héros se séparent dans un film d'horreur, on les insulte mais on sait bien que ça fait partie du jeu xD).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui merci de me l'avoir fait découvrir!!! :)

      Supprimer
  2. Si toi aussi tu te mets à Timothy Rey, je vais finir par ne plus avoir le choix...

    RépondreSupprimer

Exprime-toi, petit lecteur !