dimanche 14 avril 2019

Les BD du premier trimestre 2019

Ma lecture de bandes dessinées ayant "explosé" depuis que mon copain est libraire, j'ai décidé de parler de bandes dessinées dans un billet dédié, une fois par trimestre a priori, au lieu de les citer dans mon récapitulatif mensuel. Retour sur les lectures de ce début d'année.

(Je précise que je mets "explosé" entre guillemets parce que bon, quatre BD en trois mois, c'est pas beaucoup. Mais avant c'était quatre en un an, vous comprenez. 😉)

Crapule 2 de Jean-Luc Deglin (2018)


J'adore les strips de ce "petit chat noir, tout maigre, avec des yeux globuleux" et de sa maîtresse. C'est drôle et tendre; c'est le quotidien d'une fille qui vit seule avec son chat et je m'y retrouve beaucoup. Le dessin en noir et bleu rend très bien dans sa simplicité même. Je vous ai touché deux mots du premier tome ici. Je lirai la suite s'il y a un troisième tome.
Éditeur: Dupuis.

Mimo. Sur la trace des dinos (2011) et Mimo II. Les dinos des antipodes (2016) de Mazan, Dethan, Allain et Ournepiche


Deux adorables bandes dessinées sur Mimo, un ornithomimosaure du sud de la France. C'est mignon tout plein et très documenté; en effet, l'histoire n'occupe que la moitié du volume, le reste étant dédié à des explications sur les dinosaures, des présentations d'espèces ou de spécialistes, la descriptions de fouilles... C'est très intéressant pour un adulte et certainement irrésistible pour un enfant. J'aurais adoré lire ça quand j'étais petite.
Éditeur: Eidola.

Les dinosaures en bande dessinée 5 de Plumeri et Bloz (2019)


J'ai lu avec grand plaisir le dernier-né de la série des Dinosaures en bande dessinée, dont je vous ai déjà touché deux mots ici et ici. C'est drôle, c'est bien documenté, c'est joliment dessiné. Je suis décidément très fan. À noter: Trix, la tyrannosaure qui a été exposée au Muséum d'histoire naturelle, fait deux apparitions ici. 😊
Éditeur: Bamboo.

Avant de partir de Mi-Jin Jung et Ja-Seon Gu (2019)
 

Un chat, un chien, un hamster et une perruche se confient à un jeune homme, que l'on pourrait presque prendre pour un psychologue pour animaux, tout en préparant un petit baluchon. Le dessin est très beau, simple et sobre, avec des formes rondes et douces (à l'image de la couverture). Je ne peux pas vous en dire plus car l'intrigue tient en peu de mots. Sachez seulement que j'ai lu cette bande dessinée en quelques minutes tellement elle est courte et que j'ai pleuré bien plus longtemps. Ça m'a tout simplement déchiré le cœur. C'est une petite pépite d'humanité et un très beau texte qui parlera à n'importe quelle personne ayant un minimum d'amour pour les animaux. Je recommande très, très chaudement... en prévoyant quelques mouchoirs, donc.
Cette bande dessinée est coréenne, mais je ne trouve le nom du traducteur ou de la traductrice ni dans le volume papier si sur le site de l'éditeur...
Éditeur: Sarbacane (la maison qui a publié Le dieu vagabond dont je vous ai parlé ici. Décidément une maison de qualité, donc).

Rendez-vous dans quelques mois pour la suite de mes lectures, qui ont commencé en avril avec une biographie de Lovecraft.

4 commentaires:

  1. Woaw le "avant de partir". Mimo et Crapule ont l'air pas mal aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly: Avant de partir est vraiment remarquable.

      Supprimer
  2. J'ai justement lu le premier tome de "Crapule" il y a peu. C'est sympa, pas incroyable, mais sympa. Je lirai le deuxième à l'occasion, parce que... c'est sympa (je l'ai peut-être déjà dit ? =P).
    Je note "Avant de partir" même si je n'ai pas nécessairement envie de pleurer. ='(

    RépondreSupprimer
  3. @Baroona: Oui, Crapule n'est pas non plus incroyable, c'est exact. Je suis très partiale quand il y a des chats dans l'équation. ;)

    RépondreSupprimer

Exprime-toi, petit lecteur !