mardi 29 septembre 2015

Contes de Perrault (1691-1697)

La plupart des Contes de Perrault font partie intégrante de la culture populaire; on les a lus enfant et on a vu les adaptations Disney ou les réinterprétations Dreamworks. Quid de ce retour aux sources?


Les Contes se composent de deux recueils oubliés à des dates différentes, Contes en vers et Histoires ou Contes du temps passé.

Contes en vers
Griselidis
Peau d'Âne
Les Souhaits ridicules

Histoires ou Contes du temps passé
La Belle au bois dormant
Le Petit chaperon rouge
La Barbe bleue
Le Maître chat ou le Chat botté
Les Fées
Cendrillon ou la petite pantoufle de verre
Riquet à la houppe
Le Petit Poucet

Premier constat: Quatre de ces Contes sont très peu connus; je n'avais jamais entendu parler de Griselidis par exemple. Deuxième constat: les trois premiers, plus anciens, sont en vers! Ils se lisent très facilement mais c'est un peu déstabilisant au début.  Troisième constat: on peut réellement parler de redécouverte, étant donné que pas mal d'éléments ont été retirés des différentes adaptations que je connaissais. Saviez-vous que les aventures de la Belle au bois dormant continuent après son mariage et que Cendrillon n'est pas allée une fois au bal avec ses pantoufles de verre mais deux?

Dans Peau d'âne, j'ai été étonnée de découvrir que l'héroïne prend la fuite en se cachant sous une peau d'âne pour échapper à son père, devenu amoureux d'elle; dans Le Petit chaperon rouge, je m'attendais à avoir arriver le chasseur.

La moralité des contes est assez transparente, les bons et les persévérants étant toujours récompensés par le sort alors que les sots et les méchants sont punis. Perrault en explicite en outre quelques unes, en vers, après des contes en prose. Apparemment, le XVIIe commençait à se passionner pour l'éducation des enfants et Perrault s'est inspiré des récits oraux des campagnes pour fournir des contes destinés à édifier les enfants. Je trouve que c'est plutôt réussi. Ils ont indubitablement un côté vieillot, mais c'est fort plaisant et plutôt efficace pour aborder en douceur des thèmes difficiles (l'inceste dans Peau d'âne, le prédateur sexuel dans Le Petit chaperon rouge – celle-là crève les yeux à mon avis –, la pauvreté dans Le Petit Poucet).

Une lecture fort plaisant en définitive, qui donne envie d'aller voir du côté des Grimm...

Pourquoi ce livre?
Parce que j'ai visité le château de Breteuil dans les Yvelines en août et que de nombreuses scènes des Contes y sont représentées, Perrault ayant séjourné sur place.

5 commentaires:

  1. Les contes ça passe toujours bien !!! Ca me donne bien envie de les relire justement !

    RépondreSupprimer
  2. Et voilà, maintenant tu réalises que Disney t'a menti toute ta vie :D

    RépondreSupprimer
  3. Tout comme toi, j'étais revenue aux sources il y a quelques temps. J'avais été particulièrement choquée (enfin, tu vois ce que je veux dire) par le côté glauque de la plupart d'entre eux, "Peau d'âne" décrochant la timbale... Franchement, ils ne font pas tellement rêver. Tu m'étonnes que Disney les a lissés au passage :p

    RépondreSupprimer
  4. Faut voir le film de Jacques Demy "Peau d'âne" :D

    RépondreSupprimer
  5. Oukoulou: Héhé vas-y! :)

    Vert: Lol, en fait je le savais déjà! Mais pas dans le détail... Sauf pour la Petite sirène.

    Lili: Ha oui oui, c'est absolument compréhensible. L'inceste et le meurtre dans des dessins animés grand public, c'est compliqué à adapter. Franchement je me demande ce que j'en aurais pensé. J'avais déjà tellement peur de la sorcière de Blanche-Neige par exemple. Qu'aurais-je pensé en voyant la belle-mère de la Belle au bois dormant essayer de manger ses petits-enfants? :)

    Tigger Lilly: Jamais vu, mais j'aimerais bien! :)

    RépondreSupprimer

Exprime-toi, petit lecteur !