jeudi 5 novembre 2015

La gamelle d'octobre 2015

Un tout petit mois pour la gamelle du blog, mais quels beaux souvenirs dans la vraie vie! Une expérience professionnelle très enrichissante, un week-end à Dublin et un autre à Lyon pour Equita, le salon du cheval... Du bonheur!

Sur petit écran

Minority Report de Steven Spielberg (2002)
Une agréable surprise que le revisionnage d'un film qui m'avait profondément ennuyée lorsque je l'avais vu au cinéma et que je n'ai accepté de revoir, foncièrement, que parce qu'il me faisait avancer dans la filmographie de Tom Cruise, que j'espère vaguement voir en entier au cours de ma vie. Grand bien m'en a pris. Le film reste très intéressant visuellement, malgré quelques scènes à grand spectacle qui sont datées, genre quand Tom Cruise sort d'une voiture en marche en pleine autoroute, et il mélange très bien l'aspect science-fiction et l'enquête policière. Je l'ai trouvé glauque et flippant pour un film de Spielberg, que je considère généralement comme un réalisateur très "familial"; certaines scènes m'ont mis franchement mal à l'aise et la plupart des personnages semblent moralement douteux (la palme revient à la créatrice du programme Précrime et à ses plantes génétiquement modifiées). Il y a, en outre, un tableau particulièrement flippant de ce qu'on appelle communément la dérive sécuritaire et de la société de consommation. Ha, et j'ai trouvé Collin Farrel très bon en fouine et j'ai adoré voir Peter Stormare dans le rôle du "médecin" qui met ses nouveaux yeux à Tom Cruise, j'adore cet acteur et je trouve qu'il est juste génial dans les rôles de tarés. Une réussite donc.


Le train de 16h50 de George Pollock (1961)
Ce policier adapté d'un livre d'Agatha Christie, Le train de 16h50 (4.50 from Paddington), met en scène la célèbre miss Marple. Vraiment excellent! J'ai adoré. C'est très drôle et miss Marple est irrésistible quoiqu'un peu vache par moments (c'est Margaret Rutherford qui la personnifie). J'ai aussi beaucoup aimé son timide acolyte, le bibliothécaire.
L'histoire est la même que dans le tout aussi excellent Le Crime est notre affaire avec Catherine Frot et André Dussolier: le film français a confié aux Beresford une enquête de miss Marple... sous le titre d'une autre enquête de celle-ci! Amusant.
Ce film est tout à fait primordial pour la grande adepte d'Arabesque que je suis, car le titre anglais est Murder, she said et que c'est en référence à ce titre qu'Arabesque s'appelle à l'origine Murder, she wrote. Taratata!


Sur grand écran

Marguerite de Xavier Giannoli (2015)
Un film un peu particulier sur une riche comtesse qui se prend pour une chanteuse d'opéra alors qu'elle chante vraiment, vraiment très mal. Si certains passages sont bien drôles, globalement ce film est la chose la plus triste que j'aie vue cette année. Il présente une solitude vraiment désespérante et les comportements mesquins et abjects de certains membres de l'entourage de Marguerite. C'était vraiment TRISTE malgré l'évolution positive de certains persos. Catherine Frot est excellente dans son rôle et j'aimerais bien en savoir plus sur sa manière de travailler cette voix atroce. Je ne peux pas vraiment dire que j'ai aimé le film car il est un peu bizarre (pourquoi montrer des animaux morts par exemple?), mais il vaut le détour.

Du côté des séries

Un épisode de la saison 6 d'Arabesque. Voilà. :D

Et le reste

Bein j'ai lu mon Cheval Magazine. Techniquement, je l'ai fini le 1er novembre, donc ça devrait compter dans la gamelle de novembre, mais on ne va pas chipoter... ^^

Rideau!

7 commentaires:

  1. Je l'avais beaucoup aimé Minority Report. Ca fait un bail que je l'ai pas revu mais niveau technologies il avait un petit côté visionnaire, et c'est un des rares cas d'adaptation qui sublime la nouvelle de base (ce qui n'est pas forcément le cas avec les dernières adaptations de Philip K. Dick que j'ai vu).

    RépondreSupprimer
  2. Très bon Minority Report.
    Il faudrait que je le revois pour voir si certains côtés commencent à être datés (visuels surtout). Pour le reste, l'anticipation sur la dérive sociétale sécuritaire, ça reste d'un excellent niveau.

    RépondreSupprimer
  3. @Vert:
    Oui, c'était tout à fait visionnaire. Le look des machines reste super classe, alors que ça vieillit généralement très vite... Le seul truc qui semble étonnant, c'est qu'ils utilisent plein de supports externes, comme des disquettes (classes, il faut le dire, mais tout de même gros, alors qu'on a tendance à tout dématérialiser. Mais ça permet aussi de donner du rythme à certaines scènes.
    J'ai ressorti la nouvelle pour la relire mais je n'ai pas encore eu le temps....

    @Lorkhan:
    Le propos reste absolument d'actualité. Je dirais même que c'est tellement d'actualité que c'en est flippant. Contente de l'avoir revu. :)

    RépondreSupprimer
  4. Ça a l'air sympa le train de 16h50 ^^
    J'ai vu Marguerite aussi dont l'humour cache une part peu reluisante de l'humanité. J'ai juste trouvé le fin beaucoup trop théâtrale. Par contre la scène dans le café anarchiste est un pur moment d'anthologie. D'ailleurs à chaque fois qu'elle chante on entre dans une espèce de sidération hallucinée, et quand on rit c'est en voyant les réactions des autres.

    RépondreSupprimer
  5. @Tigger Lilly:
    Oui très sympa, je le conseille :)
    Mais ouiii c'est trop dingue cette scène-là. Complètement incroyable!

    RépondreSupprimer
  6. On a aussi Lady détective entre en scène à te préter

    RépondreSupprimer

Exprime-toi, petit lecteur !