jeudi 14 juillet 2022

Dinotopia (1992-2007) 🦖🦕

Mieux vaut tard que jamais: des années après avoir lu Dinotopia. A Land Apart From Time de James Gurney, j’ai profité d’avoir reçu le troisième tome en cadeau pour compléter cette série de quatre romans illustrés et m’y attaquer sérieusement. Suivez-moi, je vous emmène à la découverte d’une île pas comme les autres...

Dinotopia : A World Apart From Time (1992)

Ayant lu le premier tome il y a déjà huit ans (🤯), j’ai commencé par le relire pour me rafraîchir la mémoire. Il est absolument merveilleux et je n’ai pas grand-chose à ajouter à ma chronique de l’époque, que je vous invite chaleureusement à lire ou relire, si ce n’est que l'île de Dinotopia est bien, comme son nom l’indique, une utopie, c’est-à-dire un monde où les choses se passent bien. Une société en harmonie, où deux familles d’êtres vivants très différents profitent de leurs forces respectives pour s’entraider. Même les dinosaures carnivores, qu’on voit à peine dans ce tome, ne sont pas gérés par la violence, mais... par des dons de poissons destinés à satisfaire leur faim sans qu’ils ne tuent et ne mangent les habitants conscients de l’île.

Des dinosaures, des dessins superbes et un message positif: on tient le livre parfait, non? 😍

Dinotopia. The World Beneath (1995)

Le deuxième tome change de structure par rapport au premier, puisqu’on lit un texte rédigé à la troisième personne, comme dans la plupart des récits, et non le journal de l’un des personnages. J’ai trouvé ça dommage. Le fait qu’on lise les impressions d’Arthur Denison et qu’on voie ses dessins donnait quelque chose de touchant au récit et le rendait très cohérent. Là, texte et légendes de dessins font avancer l’intrigue de concert, mais ça paraît beaucoup moins logique que dans un journal…

Un autre élément m’a gênée: il semble souvent manquer des informations, comme si on sautait des pages entre deux paragraphes, ou bien le passage du temps n’est pas bien marqué. Ainsi, au début, ça fait cinq ans que les Denison sont à Dinotopia. Mais qu’ont-ils fait durant ces cinq années? Le premier tome ne suffit pas à remplir une période aussi longue, et on ne comprend pas pourquoi Arthur s’attaque soudain au mystère du monde souterrain qu’il a découvert à la fin du premier tome. Pourquoi ne pas avoir agi avant? De même, à la fin de l’ouvrage, la course-poursuite à dos de Giganotosaurus m’a laissée perplexe. Vu la carte, elle devrait durer des jours, car les ruines où elle commence et la mer où elle se termine sont très éloignés. Là, on dirait un simple sprint… 🤔🤨

Malgré ces bémols, The World Beneath reste un plaisir extraordinaire, car l’île de Dinotopia est toujours aussi riche de merveilles et que le dessin de James Gurney est toujours aussi superbe. C’est un vrai plaisir de s’attarder sur les dessins pleins de couleurs, de douceur et de détails, avec des influences multiples. Globalement, l’art visible ici est occidental, mais il y a aussi des éléments provenant d’autres parties du monde, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que Dinotopia accueille, depuis toujours, les naufragés sauvés par les dauphins – et qu’il n’y a évidemment pas de nationalité particulière à avoir pour faire naufrage. Un petit Triceraptops pourra ainsi jouer avec un enfant blanc, noir ou asiatique, et ça va de soi. 😍

Dans ce tome, il y a aussi un petit côté steampunk avec un sous-marin très vernesque et des véhicules autonomes en forme de dinosaure.

Dinotopia. First Flight (1999)

Le troisième tome raconte l’histoire de Gideon Altaire, un jeune garçon vivant à Poséidos durant l’Âge des Héros. Ayant découvert que le royaume de Poséidos, qui a remplacé tous les animaux par des robots, s’apprête à attaquer les autres royaumes de Dinotopia, il prend la fuite pour les prévenir et les aider. Il fera équipe avec plusieurs animaux (un ptérosaure, un reptile et des mammifères) et sera le premier humain à voler à dos de ptérosaure, d’où le titre. Cette édition spéciale vingtième anniversaire est complétée par un récit de la même époque, qui n’a que peu d’illustrations et que j’ai trouvé incomplet; c’est comme si on avait uniquement le plan et non le texte final. Cette lecture m’a donc semblé constituer, avec le tome précédent, une sorte de "ventre mou" de Dinotopia.

Dinotopia. Journey to Chandara (2007)

Le quatrième ouvrage renoue avec le format du journal et redonne la parole à Arthur Denison, narrateur du premier tome. Et c’est une pure merveille. J’y ai retrouvé toute la force du premier.

Arthur et Bix, le (la? 🤔) Protoceratops, se mettent en route pour Chandara, un royaume de Dinotopia refermé sur lui-même. C’est l’occasion, pour les deux personnages, de rencontrer des communautés différentes, et, pour l’auteur, de nous présenter de nouveaux dinosaures, dont des espèces dotées de plumes! Comme il l’explique dans la postface de cette édition Calla, les connaissances sur les dinosaures ont évolué après la publication du premier Dinotopia et ce royaume resté mystérieux jusque là était très commode pour montrer de nouvelles espèces. On retrouve aussi une inventivité extraordinaire avec des lieux de vie improbables (trois bateaux plantés à la verticale dans le sol!), des dinosaures pleinement intégrés à la vie en ville (le Brachiosaurus pompier!! Holàlà!!) et des modes de vie tranquilles qui font du bien au moral. Dinotopia, c’est un peu comme Becky Chambers: il ne se passe pas énormément de choses, on se doute bien que tout se terminera bien, on se promène tranquillement avec des gens sympas… mais il y a des dinosaures. 😍

Pour conclure, je ne saurai trop vous inciter à lire Dinotopia si vous lisez l’anglais ou réussissez à dénicher une édition française – le premier tome a été publié en français par Albin Michel, le quatrième par Fleurus. C’est de l’émerveillement à l’état brut, le genre d’univers qui met des étoiles dans les yeux et vous fait regretter de ne pouvoir vous y rendre sur le champ. Et la vision qui sous-tend ces ouvrages est formidable: James Gurney ne nous dit pas que la collaboration et le pacifisme sont possibles, il nous montre comment ça se passe quand une société fonde son fonctionnement sur ces valeurs. Je classe ces bouquins avec Arthur C. Clarke, Becky Chambers et Star Trek, ces gens et ces persos que j’ai envie de prendre comme modèle moral dans ma propre vie.

Si vous avez des enfants, je vous le recommande encore plus; si j’avais lu Dinotopia quand j’étais enfant, cette île aurait eu autant d’importance pour moi que Fantasia. 💖

Il va sans dire que mon nouvel objectif de vie perso et pro est donc maintenant de motiver un éditeur français à (re)publier Dinotopia en français en me confiant la traduction, comme pour Saurian. Si vous avez des idées de maison, je prends. 😊

Le petit truc en plus que je tiens à vous dire: vous vous souvenez peut-être de mes galères pour me procurer Saurian sans passer par Amazon (ou plus précisément par The Book Depository, que j'ai longtemps utilisé mais qui appartient à Amazon).Cette fois, j'ai comandé auprès de Kennys', une librairie de Galway, dans l'ouest de l'Irlande. Outre leur service de vente sur place, ils livrent dans toute l'Union européenne pour un euro l'ouvrage. La livraison n'est pas aussi rapide que chez certains concurrents, mais moi je m'en fiche, je préfère attendre et donner des sous à une entreprise de plus petite taille. En plus, ils réunissent les ouvrages d'une même commande dans un seul carton, dans la mesure du possible. Le site est facile à utiliser et mes deux Dinotopia sont arrivés dans un état impeccable. Je pense donc avoir trouvé mon nouveau fournisseur. 🤩 Je leur délègue avec bonheur la gestion des formalités douanières avec le Royaume-Uni quand celles-ci sont nécessaires. 😂

Allez donc voir ailleurs si Dinotopia y est!

10 commentaires:

  1. "le premier tome a été publié en français par Albin Michel, le quatrième par Fleurus" : les éditeurs aussi ont trouvé que les tomes 2 et 3 sont un cran en-dessous ? ^^
    Je suis presque choqué que tu n'aies pas lus plus tôt les autres tomes, tant c'est clairement fait pour toi. Le principe est vraiment sympa en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona: Ouais, ce n'est probablement pas une coïncidence si seuls ces deux romans-là sont arrivés en France ^^
      Moi je suis autoconsternée de ne pas avoir lu tout ça plus tôt, je n'arrive pas à croire que ça a traîné pendant toutes ces années 😂

      Supprimer
  2. TROP BIEN ! Avant que tu me parles de ces livres, je n'avais aucune idée que ça venait de livres. Moi j'ai vu la mini-série avec délectation quand j'étais jeune. Mais pas toute jeune non plus car Wikipedia me dit "En Belgique, elle est diffusée sur la RTBF durant trois semaines en février 2003." C'est incroyable j'ai forcément du voir très exactement cette diffusion puisqu'en France il est passé sur M6 et on n'avait pas M6. J'avais adoré !
    Moi je vote pour sa retrad et publi en France. Par contre je connais pas du tout les maison d'éditions qui font des livres illustrés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly: J'ai regardé la mini-série aussi, à l'époque (certainement sur M6, ahah!). Mais je m'en souviens à peine. Je crois que j'avais aimé, mais j'avais dû sortir de ma période dinosaures d'enfance et ne pas encore avoir entamé ma période dinosaures d'adulte, car ça ne m'a pas tellement marquée!

      Supprimer
  3. Ça a l'air super, j'espère que tu trouveras une maison d'édition pour l'accueillir ^^
    (et je note ta librairie irlandaise, ça pourra me servir à l'occasion)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vert: À guetter en seconde main pour Mini- et Micro-Vert 👌👌

      Supprimer
  4. Elle a l'air bien cette série, et vraiment faite pour être traduite par toi ! Je me demande si ça ne pourrait pas intéresser un de mes contacts, je t'en reparlerai 😉 Et merci pour la réf de la librairie irlandaise, ça pourrait m'être bien utile aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne savais pas du tout que c'était une série de livres également, et les illustrations ont l'air sublimes :)

    RépondreSupprimer

Exprime-toi, petit lecteur !