dimanche 31 juillet 2016

Nicolas Eymerich, inquisitore (1994)

Chronique express!


Une relecture pour Eymerich, ce bon vieil allumé de l'Inquisition espagnole du XIIIe siècle, le personnage particulièrement peu sympathique de Valerio Evangelisti. Je ne me souvenais pas trop de ce que j'en avais pensé la première fois (et j'avais oublié que je l'avais chroniqué ^^), d'où la relecture. Je suis un peu mitigée: il y a vraiment du génial dans ce premier tome, mais il est aussi assez faible sous de nombreux aspects et ça l'empêche d'être un vrai bon livre. C'est le genre d'intrigue où le "méchant" raconte tout son plan au héros parce qu'il croit que le héros va bientôt mourir...... Lol! Je trouve ce genre d'élément absolument navrant dans un scénario.... C'est aussi assez faible en termes de rédaction, ce n'est vraiment pas de la grande littérature. Mais la triple intrigue sur trois époques différentes est très prenante et cette histoire de psytrons, des particules infiniment petites qui voyagent entre cerveaux à une vitesse supérieure à celle de la lumière, est assez jubilatoire bien que parfois plus que confuse, et offre une explication pseudo-rationnelle à toute sortes d'évènements mystiques qui satisfait assez bien l'athée que je suis. Et puis c'est tellement original d'avoir affaire à un vrai anti-héros, un mec vraiment détestable, que ça vaut le détour rien que pour ça. J'ai donc décidé de continuer avec Eymerich et viens de commander le deuxième et le troisième roman sur Amazon.it (Amazon, c'est le mal, mais c'est tellement pratique...).

2 commentaires:

  1. Je vois que je ne suis pas la seule à avoir des problèmes de mémoire :p

    RépondreSupprimer

Exprime-toi, petit lecteur !