vendredi 12 mai 2017

The Tropic of Serpents (2014)

Les mémoires de Lady Trent, naturaliste spécialiste des dragons, continuent avec ce deuxième tome aussi frais et efficace que le premier, A Natural History of Dragons (mon avis ici). La recette est la même: une jeune Lady déterminée à se consacrer à sa passion, l'étude des dragons, dans une société très portée sur les conventions et les commérages, une région exotique à explorer, des dragons à découvrir et une bonne dose d'humour et d'ironie dans la rédaction. C'est extrêmement plaisant à lire et le ton résolument XIXe est tellement réussi qu'on s'y croirait vraiment.


Cette fois-ci, Isabella part au Bayembe, un pays tropical dont elle souhaite étudier les dragons. Le contexte politique n'est pas des plus simples puisque le Bayembe accueille des soldats scirlings, c'est-à-dire de la même nationalité qu'Isabella, pour le protéger des vues expansionnistes de son voisin austral, l'Eremmo, qui est lui-même occupé par les Ikwunde. Entre les deux États, une immense région marécageuse surnommée l'Enfer vert, Mouleen. C'est là qu'Isabella et ses compagnons partiront en mission, non seulement pour leurs propres recherches mais aussi pour le compte de l'oba – disons le roi – du Bayembe, qui veut qu'ils lui rapportent des œufs de dragon.

Comme dans le tome précédent, ce roman parle beaucoup de la condition des femmes, puisqu'Isabella doit constamment se battre pour faire accepter ses choix (quant à publier un ouvrage scientifique en son nom, n'en parlons même pas). C'est intéressant même si je me demande parfois si le trait n'est pas un peu trop forcé et si on ne pourrait pas imaginer un monde alternatif très similaire au nôtre dans lequel on ne retrouverait pas d'aussi près les travers de nos sociétés...

À propos du trait un peu forcé: je vous avais déjà parlé du "ton un peu forcé" dans le premier roman et j'ai retrouvé ce défaut ici. Peut-être qu'il ne serait pas nécessaire de faire autant de remarques ironiques, d'ouvrir autant de parenthèses, de couiner dès qu'on entend le mot dragon et de s'adresser au lecteur aussi souvent...

Dans l'ensemble, toutefois, ça n'enlève rien au fait que la lecture est fort plaisante et que j'ai passé un très bon moment. C'est parfait pour se détendre ou se changer les idées entre des lectures plus dures ou exigeantes, et puis ça fait toujours plaisir de passer du temps avec une héroïne digne de ce nom. Ça m'a d'ailleurs rappelé Adèle Blanc-Sec, que j'avais beaucoup apprécié (même si, en réalité, je ne me souviens pas bien du tout du film, juste de l'ambiance début du siècle/aventure.) En plus ce tome m'a plus semblé faire référence aux autres aventures d'Isabella, ce qui donne extrêmement envie de continuer à les lire (divulgâcheur: par exemple, j'ai follement envie de savoir ce qu'il s'est passé après que des dragons aient été introduits dans les trois rivières alimentant le marécage de Mouleen et d'où vient cette stèle gravée de mystérieux caractères!) Ça tombe bien car trois autres tomes sont sortis et que j'ai donc encore quelques aventures à découvrir!

Allez donc voir ailleurs si ces dragons y sont!
Une interview de l'auteure (en anglais)

4 commentaires:

  1. Je note tes quelques réserves, je pense que j'y jetterais quand même un oeil un jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très sympa en même temps :)

      Supprimer
  2. C'est cool si tu as aimé ! Il y a trop de petits défauts pour moi, à commencer par l'univers, mais bon :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que lui reprochais-tu exactement? L'univers est trop modelé sur le nôtre? Je vais aller voir si je retrouve une chronique sur ton blog :)

      Supprimer

Exprime-toi, petit lecteur !