mercredi 14 août 2019

My Real Children (2014)

Il y a environ un an et demi, j'ai lu Among Others, un roman de Jo Walton encensé par les amis blogueurs et publié en France sous le titre Morwenna. Ayant adoré ce livre, j'ai décidé de poursuivre avec un autre roman encensé par la blogo: My Real Children.


L'histoire est celle de Patricia, une vieille dame en maison de retraite qui n'a plus les idées très claires puisqu'elle se souvient de deux vies différentes et reçoit tour à tour les visites de deux groupes d'enfants et de petits-enfants. Perplexe, elle se demande si elle a fait, un jour, un choix qui aurait pu modifier sa vie de manière radicale. La réponse est oui: en 1949, son fiancé l’a demandée en mariage. Dans une vie, elle a accepté; dans l’autre, elle a refusé.

Après quelques chapitres retraçant sa vie jusqu’en 1949 (le "tronc commun" des deux femmes, si je puis dire), le roman alterne entre un chapitre sur la femme qui a dit oui et un chapitre sur la femme qui a dit non. Deux vies on ne peut plus différentes. Dans l’une, Patricia se retrouve enlisée dans un mariage plus que décevant et une existence de mère au foyer peu satisfaisante; dans l’autre, elle devient une experte de l’Italie, notamment de Florence, et rencontre l’amour en la personne de Bee, une autre femme. Mais les choses ne sont quand même pas si simples et on n’a pas un destin malheureux contre un destin heureux; chaque vie a eu son lot de souffrance personnelle et familiale.

À travers la vie de Patricia, Jo Walton retrace aussi certains évènements de la deuxième moitié du XXe siècle, mais de manière revisitée puisque les évènements politiques de ces deux vies ne sont pas forcément ceux que nous avons connus. Par exemple, il y a une base sur la Lune et d’autres explosions nucléaires après celles de 1945 dans une des deux vies.

Dans l’ensemble, j’ai adoré ce roman ultra-humain et passionnant et je l’ai lu avec enthousiasme. C’est bien écrit, c’est plein de sentiments très réalistes, c’est la vie, la vraie, avec ses hauts et ses bas, ses petites choses qui donnent du sens aux autres. En plus, Jo Walton aborde des tas de thèmes importants : la tolérance, le rejet ou l’acceptation de l’homosexualité, la place de la femme, les relations familiales, le militantisme politique.

Je dois toutefois y ajouter deux petites réserves. Tout d’abord, le fait que j’aie parfois perdu le fil des relations familiales et amicales des deux Patricia: l’une a quatre enfants, l’autre trois, chacun desquels a à son tour un ou deux enfants, et je ne savais plus qui était qui et faisait quoi dans la vie. Ensuite, le fait que ces deux existences tournent justement beaucoup autour des enfants. Cela tombe sous le sens dans un livre intitulé Mes vrais enfants, hein, mais quand, comme moi, vous ne prévoyez toujours pas d’en avoir malgré votre trentaine bien entamée, vous vous demandez un peu si cela implique que vous avez tout raté. Dans ce livre, on vit pleinement son homosexualité et son polyamour, mais personne ne songe à ne pas devenir parent…

Ces deux critiques, toutefois, ne ternissent en rien ce beau roman qui parle avec une grande justesse de la vie et qui confirme que Jo Walton a quelque chose à dire à ses lecteurs. À lire sans hésitation.

Allez donc voir ailleurs si ces enfants y sont!

9 commentaires:

  1. Tiens je me demande quel type de réflexion ce livre pourra suggérer en moi alors que je ne veux pas d'enfant et que je ne me pose absolument aucune question à ce sujet. Après je me rends compte d'un truc avec ça, c'est que vraiment l'immense majorité des gens, genre 90% quelque chose comme ça, veut ou a des enfants. C'est une norme qui est tellement forte. C'est peut être aussi ce qu'elle a voulu montrer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly: Hm je n'ai pas du tout eu cette impression-là, ça m'a juste semblé une évidence pour le personnage (enfin les deux versions du personnage ^^), la question n'est même pas évoquée de loin...

      Supprimer
  2. Pour le coup, la question des enfants ne m'a pas tellement interrogée. C'est un beau roman en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya: Tu l'as donc lu aussi :D Il me semblait bien. Mais je ne trouve pas de chronique sur ton blog alors je pensais m'être trompée ^^

      Supprimer
    2. Non non, mais je l'ai lu récemment et il n'est pas encore chroniqué, j'ai du retard XD

      Supprimer
  3. Chef d'oeuvre !

    Je n'ai pas non plus réfléchi à la question des enfants. Ça sonne sans doute comme une évidence pour "les" personnages de Patricia, mais faut-il pour autant en tirer une conclusion concernant ce qu'en pense Jo Walton qui a elle-même un fils ? Difficile à dire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lorhkan: Non, je ne pense pas, en fait, je crois que c'est quelqu'un de vraiment respectueux dans la vraie vie — mais je me suis interrogée pendant ma lecture parce que il y a des enfants partout, tout le temps! :D

      Supprimer
  4. C'est intéressant ce que tu dis sur la question des enfants, ça ne m'avait pas perturbé outre mesure mais je suis terriblement "normale" dans le domaine :D.
    Ceci dit s'il n'y avait pas eu d'enfants dans une des réalités (ce qui aurait tué le titre en effet xD), je pense qu'on aurait manqué d'éléments pour mettre en scène l'histoire. Dans mon souvenir y'a plein de questions de société et d'évènements historiques qui sont traitées par le biais de ses enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vert: Oui tout à fait. C'est notamment un des garçons qui est officiellement engagé dans une relation polyamoureuse.

      Supprimer

Exprime-toi, petit lecteur !