mercredi 27 janvier 2021

L'Ours et le rossignol (2017)

C'est l'histoire de Vassia, fille d'un seigneur du Nord de la Rus' et d'une femme mystérieuse, à la beauté d'un autre monde. Elle grandit en écoutant les contes de sa vieille nourrice, Dounia. Sauf que Vassia ne se contente pas d'écouter les histoires; elle voit les vieux gardiens du foyer, les personnages magiques qui se cachent dans la maison, l'écurie, les bois et les étangs. Elle aperçoit aussi, un jour, un homme borgne sous un chêne qui n'existe pas...

Dans ce premier tome, Katherine Arden s'inspire de contes traditionnels pour raconter une jolie histoire située dans la campagne russe des années 1300 et quelques, d'après mes calculs. La quatrième de couverture insiste sur l'arrivée du christianisme dans les campagnes et l'éradication des croyances populaires via la figure de la belle-mère de Vassia, mais le roman ne parle pas tant de ça – ou plutôt, il y a certes une érosion des croyances païennes et une figure de prêtre extrémiste (personnage que j'ai eu envie d'étrangler, évidemment), mais ce n'est pas une opposition primaire et simpliste. Vassia, d'ailleurs, a beau être la seule à voir les créatures traditionnelles, elle se considère comme chrétienne. Les autres villageois se tournent de plus en plus vers le monothéisme sous l'influence du prêtre, mais il faut dire qu'ils ne voient aucun esprit, eux...

L'histoire se déroule doucement, au rythme des saisons et surtout des hivers terribles. L'autrice montre une belle ambiance familiale, malgré la figure négative de la belle-mère (mais elle aussi suffisamment fine pour qu'on n'ait pas affaire à une simple bigote horripilante), tout en ne cachant pas la dureté de la vie, notamment pour les femmes. Leur voie est toute tracée: c'est soit le mariage, soit le couvent. Pendant ce temps-là, les esprits de la maison faiblissent et une ombre rôde et s'agite dans les bois...

J'ai dévoré ce roman avec grand plaisir. Il n'est pas parfait – j'ai trouvé que certaines fins de chapitre ou de paragraphe tombaient un peu à plat et la résolution est un chouïa facile, bien que tragique –, mais je le trouve remarquable pour un premier roman et j'ai adoré plonger dans cet univers empli de magie cachée, où les forces maléfiques sont réellement maléfiques et où même les forces plutôt bénéfiques sont ambiguës et dangereuses. La rédaction est simple et limpide, avec une jolie poésie qui va très bien aux paysages gelés. Félicitations au traducteur, Jacques Collin – car j'ai lu la version française et je n'ai donc pas vraiment lu la prose de Katherine Arden, mais celle de Jacques Collin. Je précise au passage que la couverture est d'Aurélien Police.

Enfin, un argument de taille en faveur de ce roman: il y a plein de chevaux!! Des chevaux avec des noms et des caractères bien différents! Yeah!

Vivement la suite! 🤩

Allez donc voir ailleurs si cet ours y est!
L'avis de Baroona
L'avis de Lhisbei
L'avis de Lorhkan
L'avis de Vert

17 commentaires:

  1. "il y a plein de chevaux!! Des chevaux avec des noms et des caractères bien différents! Yeah!" O_O Mais je veux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly: C'est pas très long et ça se lit vite!! 🤩

      Supprimer
  2. Pour l'anecdote : ton billet est arrivé dans mon Feedly littéralement 1h après que j'ai terminé ma propre lecture, c'était surprenant. ^^
    Je suis un poil moins enthousiaste, mais c'est tout de même une bonne lecture. Je te rejoins en tout cas : les chevaux sont certainement les meilleurs personnages du roman, avec les différents esprits - et un peu Vassia, ok. En fait, je me rends compte que d'une manière générale, les personnages sont bien meilleurs que l'intrigue, assez convenue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona: Ah moi j'ai beaucoup apprécié les différents personnages non équins, même les négatifs, dans le sens qu'elle te permet de les prendre en pitié en te montrant ce qu'il y a dans leur tête – notamment la belle-mère qui est essentiellement terrifiée. Mais je suis ravie de te lire écrivant que les chevaux sont les meilleures personnages du roman, c'est "de la musique pour mes oreilles" comme on dit en anglais. :D

      Supprimer
  3. Contente que ça t'ait plu, c'est vraiment chouette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya: Oui! 😊 D'ailleurs, je n'ai pas trouvé debillet sur ton blog, est-ce que je l'ai raté?

      Supprimer
    2. Non, j'ai trop tardé et je ne l'ai pas chroniqué au final ^^

      Supprimer
    3. @Shaya: Ok, je comprends 😊

      Supprimer
  4. Si tu aimes les chevaux tu devrais apprécier les deux suites ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vert: Youpi! J'ai emprunté le deuxième, je le lirai bientôt!

      Supprimer
  5. Je ne dis pas que je ne le lirai pas, je dis que là comme ça, je ne suis pas hyper convaincue.

    Mais tout peu changer d'un avis à l'autre :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Ite: Oh, il y a tellement de choses à lire, tu sais... 😊

      Supprimer
  6. Et bien je suis tentée ! J'aime bien la couverture et j'aime bien l'hiver :)
    "la campagne russe des années 1300 et quelques, d'après mes calculs" -> je suis curieuse, mais quels calculs ? 🤔

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Ksidra: Eh bien c'est une excellente question. Je crois que j'ai vérifié en quelle année a commencé le règne du grand-prince de Moscou, Dimitri, et que j'ai retranché quelques années car il n'est pas encore grand-prince au début du premier tome. Mais là, je vois que Dimitri est né en 1350, donc j'ai retranché quand même vachement d'années. 🤣 Il n'est pas impossible que je me sois trompée de Dimitri.

      Supprimer
    2. @Ksidra: Après revérification: ça commence durant les années 1950, sous le règne du grand-prince Ivan. Il aurait suffi que je consulte la page Wiki anglaise du roman, lol.

      Supprimer
    3. Donc t'as mélangé Ivan et Dimitri... typique ! XD

      Supprimer
    4. @Ksidra: Non mais en fait c'est compliqué, Dimitri est le fils d'Ivan et a un rôle dans l'intrigue car il est ami avec Sasha, donc j'avais essayé de voir quand commençait son règne et de me placer avant. La page Wiki anglaise fait plus simple: elle annonce directement que le roman commence sous le règne d'Ivan. Voilà. Purée je pose dix mille questions par Wikipédia par jour et c'est encore pas assez, je me complique la vie toute seule. 😂

      Supprimer

Exprime-toi, petit lecteur !