mardi 6 février 2018

Voyage of the Basilisk (2015) + From the Editorial Page of the Falchester Weekly Review (2016)

Je continue à lire les mémoires de Lady Trent, la naturaliste spécialiste des dragons, avec grand plaisir.


Ce troisième tome est parfaitement dans la lignée des précédents, A Natural History of Dragons et The Tropic of Serpents. Isabelle Camherst, notre naturaliste, embarque à bord du Basilisk en compagnie de Tom Wilker, un scientifique avec lequel elle a déjà fait équipe pendant les deux premiers tomes, son fils et la gouvernante de celui-ci pour faire le tour du monde et étudier tous les dragons qu'elle pourra rencontrer. Des eaux gelées du nord d'Anthiope – l'équivalent du continent européen – aux récifs de corail de la Broken Sea – qui rappelle la Polynésie, Hawaï et toutes ces îles paradisiaques –, elle poursuivra sa passion, dessinera des croquis, disséquera des dragons, mettra son nez dans ce qui ne la regarde pas, portera des pantalons et se comportera comme un homme, au grand dam de la bonne société scirling (=anglaise), qui, au pays, se pâmera d'émotion sur ses aventures scandaleuses.

En parallèle, notre naturaliste se trouvera une fois de plus impliquée dans des affaires diplomatiques bien plus grandes qu'elle, tout en conservant comme fil rouge un élément révélé à la fin du premier tome (divulgâcheur: cette histoire d'os de dragons qui, une fois préservés, sont à la fois très légers et très résistants, ce qui pousse des personnes mal intentionnées à massacrer les dragons pour leurs os) ainsi que, dans une moindre mesure, une révélation du deuxième tome (divulgâcheur: les relations des Draconeans avec les dragons et la signification de la stèle qu'elle a découverte à Mouleen). J'ai feuilleté le premier et le deuxième tome pour me rafraîchir les idées et j'ai l'impression que Marie Brennan avait les idées assez claires sur l'intrigue de sa série dès le début, un certain nombre de choses étant évoquées très tôt, voire dès la préface du premier roman. J'ai donc grand hâte de lire le quatrième et le cinquième tome, d'autant plus que la série est officiellement terminée et qu'on devrait donc avoir le fin mot de l'histoire.

Les réserves que j'ai déjà émises sur le ton légèrement forcé (récurrence des remarques ironiques sur les scandales soulevés par le comportement d'Isabella, volonté marquée de faire de l'humour) sont toujours présentes, et je pense que certaines péripéties à Keonga n'étaient pas utiles (l'aventure de la cloche par exemple, ou encore le mariage que j'ai trouvé vraiment tiré par les cheveux). Néanmoins, cette série est un divertissement de qualité très réussi; c'est vraiment la preuve qu'un livre peut être léger, facile à lire, amusant et divertissant sans du tout être simpliste et décérébré! Dans ce tome, j'ai aussi beaucoup apprécié deux personnages secondaires, le capitaine du Basilisk et Suhail, un archéologue que j'espère retrouver par la suite.

Dans la foulée, j'ai lu la nouvelle From the Editorial Page of the Falchester Weekly Review, disponible gratuitement sur le site de l'éditeur, Tor. Cet échange épistolaire entre Isabella et un scientifique qui se serait procuré un cocatrix, un animal fabuleux peut-être lié aux dragons, s'insère entre le troisième et le quatrième tome. J'ai adoré ce court texte efficace et très plaisant. J'espère donc ne pas tarder à lire la suite!

5 commentaires:

  1. Faudrait que je jette un oeil à cette série un jour...

    RépondreSupprimer
  2. Pareil. Il est sensé y avoir combien de tomes ?

    RépondreSupprimer
  3. @Vert et Tigger Lilly:
    Oui, je pense que ça devrait vous plaire, c'est très rafraîchissant. :) Et il y a cinq tomes en tout, le cinquième étant bien présenté, au moment de sa publication, comme le dernier.

    RépondreSupprimer
  4. Personnellement je n'ai pas accroché à cette série. C'est trop light pour moi, mais bon, tant mieux si ça te plaît à toi o/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé :) Oui c'est très léger mais pas bête du tout, je trouve que c'est un excellent divertissement :)

      Supprimer

Exprime-toi, petit lecteur !