vendredi 24 septembre 2021

La chatte (1933) 🐈

Chronique express!

Alain et Camille sont jeunes, riches et fraîchement mariés. En attendant que les travaux soient finis dans leur future maison, ils logent dans un appartement au neuvième étage, quelque part à Paris. Mais Saha, la chatte d’Alain, restée dans la maison où il a grandi à Neuilly-sur-Seine, se languit de son maître et perd du poids… Alors, il la ramène dans son nouveau foyer.

La Chatte me semble s’insérer à la perfection dans l’œuvre de Colette – pour le peu que j’en ai vu, en tout cas. On y trouve des dialogues faisant la part belle à l’implicite, des relations très fines entre psychologies complexes, un jardin de ville empli de plantes luxuriantes et un chat. Une chartreuse, plus précisément. Une chatte racée, féminine, sensuelle et joueuse, qui a une relation tout à fait unique et charnelle avec son maître Alain. Bien sûr, tout cela n’est pas du goût de Camille, l’épouse… L’histoire est racontée essentiellement du point de vue d’Alain et on assiste en quelques semaines au délitement total d’un mariage (qui, certes, ne commençait pas non plus avec un enthousiasme franchement débordant). Colette parle des tout petits ressentis qui font le quotidien et aborde les relations sexuelles sans voile. On comprend très vite que ça ne colle pas pour Alain et qu’il a la tête totalement ailleurs. C’est fin, c’est moderne, c’est une réussite. Colette était vraiment très forte! Et ça se lit vite. Cette édition Grasset fait 200 pages, mais la police est très grande. Alors, n’hésitez pas!

Pour une raison que je ne m'explique pas, les deux livres de Colette que j'ai achetés dans cette superbe édition reliée en cuir n'ont pas le même éditeur: Albin Michel pour Claudine à l'école, Grasset pour la Chatte. Mais c'est beau quand même.

18 commentaires:

  1. oh, ça fait trop envie ! Je crois que c'est un bouquin qui était dans la biblio parentale et autour duquel j'ai lorgné, comme avec Rebecca, mais jamais passée à l'action.

    Très bizarre cette histoire d'éditeur O_O

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly: Ce n'est probablement pas le meilleur livre de Colette, mais c'est très bien. Et il y a une chatte, donc, voilà.

      Supprimer
  2. L’auteure me fait penser un peu à un romancier japonais dans la façon d’aborder les sentiments chez un couple avec un animal domestique.
    Faut que je retrouve le nom de l’auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Melvin: Ça m'intéresse! 🙂 J'ai lu le Chat qui venait du ciel qui est japonais, mais c'est très différent, plus positif.

      Supprimer
    2. C’est Les chats ne rient pas de Kosuke Mukai.
      C’est un petit roman très délicat sur la fin de vie d’un chat autour d’un ex couple qui s’est reformé à cette occasion, si je peux dire,mais qui doit composer avec une tierce personne.

      Supprimer
    3. @Melvin: Merci! C'est noté dans mon carnet, il n'est donc pas impossible que je le lise un jour.

      Supprimer
  3. "Saha, la chatte d’Alain, (...) perd du poids" : tu veux dire que Saha est en manque de rats ?
    (ce jeu de mots est assez désertique, pardon)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona: Toutes mes félicitations 👏👏👏👏👏

      Supprimer
    2. Y en a qui ont fini au bûcher pour moins que ça :D :D

      Supprimer
    3. @Tigger Lilly: 😹😹😹😹😹

      Supprimer
  4. Un de mes premiers contacts avec Colette, j'ai adoré cette histoire! (Ado j'avais lu Dialogues de bêtes, je crois)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grominou: Génial! C'est une super lecture pour une amatrice de chats. J'ai lu Dialogues de bêtes aussi, mais ça m'a moins marquée: je dois avouer que je ne me souviens pas du tout des échanges entre les deux animaux...

      Supprimer
  5. L'édition que tu as est superbe ! Le seul roman que j'ai tenté d'elle ne m'a pas convaincue (Chéri), donc je vais passer mon tour ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya: Oui c'est génial cette édition... Les joies de l'occasion!

      Supprimer
  6. Il faudrait que je vois tes exemplaires et que tu me racontes un peu leur histoire mais ça me surprend pas que deux éditeurs aient la même reliure, c'est une reliure assez classique (j'ai fait relié quelques livres comme ça dans mon ancien boulot). Et ils ont pu être reliés à postériori (j'ai pas mal de vieux livres chez mes grands parents qui justement n'ont aucune reliure).
    (pardon je devrais parler de Colette et à la place je parle reliure 😂)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vert: Aaaaaw c'est super intéressant, merci pour les infos! Il faudra penser à les examiner à l'occasion 😃

      Supprimer

Exprime-toi, petit lecteur !